En ce moment, mon couple c'est plutôt :

Faire le test de l’ennéagramme pour mieux connaître son conjoint ?

E. B.
énnéagramme

Les articles ou livres concernant le développement personnel ne cessant de prendre de l’ampleur, il est fort probable que vous ayez déjà croisé ce mot étrange au hasard de vos flâneries sur la toile ou dans les rayons de votre libraire.

Alors l’énnéagramme kézako ?

Plus qu’une nouvelle recette magique plus ou moins fumeuse pour trouver le bonheur, l’énnéagramme constitue un outil de choix pour mieux se connaître soi-même, mais également pour nous permettre de mieux comprendre et donc accepter la personnalité parfois déroutante de notre conjoint.

C’est un fait, on a beau aimer son amoureux(se) de tout son cœur, la vie commune peut parfois susciter des incompréhensions dans notre quotidien et aussi quelques agacements : « Pourquoi faut-il toujours qu’il plie ses chaussettes en quatre dans le placard ? », « Pourquoi suis-je obligée de planquer le chocolat si je veux pouvoir en offrir à mes copines pour le thé ? », ou plus sérieusement : « pourquoi est-ce si difficile pour elle de parler de ce qu’elle ressent ? », « Pourquoi évite-t-il toujours les conversations certes peut-être conflictuelles, mais nécessaires pour régler nos différends ? »

Il s’agit d’un outil de psychologie dont les origines remonteraient à l’Antiquité. Ce test a fait ses preuves et est même aujourd’hui fréquemment utilisé dans le management.

Avant tout schéma d’analyse de la psychologie humaine, l’énnéagramme est le plus souvent représenté par la figure suivante :

Ennéagramme

Ce schéma représente un cercle divisé en neuf types. Cette division distingue les neuf passions de l’âme, c’est-à-dire les neuf portes par lesquelles nous percevons la réalité. Seulement, en raison de notre vécu ou des épreuves traversées, notre personnalité a privilégié une ou deux portes. De là, nous mettons en place des mécanismes psychologiques qui forgeront notre personnalité. Ces mécanismes sont souvent décrits en terme de motivations et de blocages.

Cette lecture psychologique n’est donc pas une thérapie, mais permet de cerner plus clairement qui nous sommes ou ceux qui nous entourent afin de trouver les solutions adéquates à notre épanouissement. En d’autres termes, l’énnéagramme nous permet de devenir lucide sur nos manques et nos aspirations, nous donnant ainsi des clefs essentielles pour nous libérer ou du moins apprivoiser nos mécanismes psychologiques souvent inconscients.

Et pour le couple ?

Soyez assurés que l’énnéagramme ne constitue pas un test de compatibilité entre deux individus, ce qui serait à peu près aussi absurde que de chercher une quelconque compatibilité par rapport aux signes astrologiques. Quels que soient les types, ils pourront former des couples harmonieux si chacun respecte la personnalité de l’autre. Là où l’énnéagramme est un outil précieux, c’est dans la compréhension et l’acceptation mutuelle. On pourra ainsi mieux comprendre et donc éviter ce qui la/le blesse ou effraie celle/celui qu’on aime, mais aussi savoir ce qui la/le valorise et la/le met en confiance.

Connaître son centre :

Afin de faire un premier tri entre les types, il est conseillé de déterminer si nous n’avons pas un centre privilégié. Le centre définit notre type d’intelligence : instinctive, émotionnelle ou mentale. Nous possédons tous ces trois centres, toutefois selon notre personnalité, l’un l’emportera plus souvent sur les autres.

Le centre instinctif : (les entrailles) il assure notre survie physique et psychologique dans le présent. Ce centre est celui de notre énergie vitale, de notre spontanéité et de notre créativité dans l’action, compare le présent au passé pour décider d’agir ou non. (Type 8, 9  et 1)

Le centre émotionnel : (le cœur) il s’intéresse à nos désirs, besoins, émotions et sentiments ainsi qu’à ceux d’autrui. Il permet une certaine intuition et intelligence émotionnelle vis-à-vis de ceux qui nous entourent. En lien avec l’émotion, il s’enracine dans l’instant présent. (Type 2, 3 et 4)

Le centre mental : (la tête) il est le lieu du raisonnement, des choix, des décisions, des plans et des projets. Il raisonne par analyse et synthèse à partir d’informations se voulant objectives. Il est orienté vers le futur. (Type 5, 6 et 7)

C’est donc simple, si d’emblée vous parvenez à identifier votre centre, vous n’aurez qu’à comparer les trois types qu’il englobe afin de déterminer celui qui vous décrit le mieux.

Apprendre son type :

Sachez que ce cercle représente avant tout la diversité présente au sein de la personne humaine, nous ne nous réduisons donc pas à notre type. Le type est seulement une tendance et d’ailleurs bien souvent la méthode de l’énnéagramme associe notre type à « une aile », c’est-à-dire à un autre type (souvent proche du premier sur le cercle de l’énnéagramme) qui est également très présent dans notre manière d’agir.

Chaque type est associé à une passion, c’est-à-dire une tendance relative au type et, par conséquent, à une vertu qui lui permet de ne plus subir excessivement cette tendance.

Par ailleurs, par commodité on attribue souvent un nom censé le représenter à chaque type, ce mot ne doit pas vous influencer outre mesure, il n’est là que pour rendre l’énnéagramme plus ludique.

Le type 1 « le perfectionniste » : c’est une personne très exigeante et critique envers elle-même comme pour autrui. Sa compulsion est d’éviter la colère qui est pourtant également sa passion. Pour cela, il fait preuve d’une rigueur personnelle intransigeante tout en se référant à un idéal élevé voire inatteignable. Souvent moralisateur, il préfère ne pas agir que de faire une chose à moitié. La vertu de ce type est la patience.

Le type 2 « l’altruiste » : c’est une personne ayant un grand besoin affectif. Toujours attentif au besoin d’autrui, ce dernier peut avoir tendance à s’oublier lui même (sa compulsion) pour s’occuper des autres. Cette soif de reconnaissance peut le rendre séducteur ou manipulateur : montrant un visage différent pour chacun afin d’être toujours indispensable. La passion de ce type est donc l’orgueil et sa vertu l’humilité.

Le type 3 « le battant » : compétiteur né, il veut réussir et s’estime en raison de ses résultats. Sa compulsion est donc d’éviter l’échec. Souvent doué comme meneur, il a tendance à attacher une trop grande importance à leur apparence qu’il a du mal à distinguer de sa personnalité profonde. La passion de ce type est le mensonge et sa vertu la vérité.

Le type 4 « le tragico-romantique » : Personnalité orientée vers ce qui lui manque, d’où sa passion : l’envie, elle a tendance à être mélancolique, car l’idéal est ailleurs, souvent dans un passé révolu. Le type 4 a un sens aigu du beau. Souvent artiste et théâtral, la personne de type 4 fuit la banalité. Sa sensibilité la rend créative dans sa façon de vivre. La vertu de ce type est l’équanimité ou le contentement.

Le type 5 « l’observateur » : cette personne garde toujours une grande distance émotionnelle avec ceux qui l’entourent, d’où sa passion : l’avarice (ne concerne pas l’argent, mais plutôt avarice d’informations ou de temps). Les émotions et les besoins des autres lui paraissent incongrus. Sa compulsion est d’éviter le vide intérieur, c’est pourquoi il privilégie le savoir et la vie intellectuelle. C’est souvent quelqu’un de très rationnel et d’indépendant. La vertu de ce type est le désintéressement.

Le type 6 « le loyal sceptique » : dévoué et tenant à la loyauté, les personnes de type 6 ont un grand sens du devoir. Elles aiment appartenir à un cadre fixe (famille, entreprise, etc.) Leur passion étant la peur, il existe deux types de 6 : l’un évite le danger et est plutôt craintif tandis que l’autre le brave et a une tendance à l’agressivité. C’est une personne souvent empreinte au doute et qui se démarque par un manque de confiance en soi. La vertu du type sera donc le courage.

Le type 7  « l’épicurien » : Cherchant à éviter la souffrance, le type 7 est tout orienté vers le plaisir. Bon vivant, il est souvent dynamique et joyeux. Cette quête du plaisir l’amène à multiplier les projets sans vraiment chercher à les finir si d’autres lui semblent plus alléchants. La vertu de ce type est par conséquent la tempérance.

Le type 8 « le justicier » : doté d’une grande énergie, le type 8 aspire à la puissance et au courage. La vie est pour lui un combat, une lutte pour la justice. Cet esprit batailleur a tendance à le rendre excessif, car sa compulsion est d’éviter la faiblesse. Si une situation lui échappe, il réagit par la colère, la vertu de ce type est la simplicité.

Le type 9 « le médiateur » : pacificateur, le type 9 cherche à tout prix à éviter les conflits. Il évite donc de se prononcer ou de donner son avis puisque cela pourrait être source de désaccord. Cette attitude se traduit en une tendance à la paresse (une paresse de soi), qui le poussera à préférer les activités secondaires ou à se réfugier dans la routine. Il évite toujours de s’interroger sur ses désirs, besoins ou sur son état afin de ne jamais troubler son entourage. La vertu de ce type est donc le courage.

Peut-être vous êtes-vous reconnus ainsi que votre conjoint dans l’un ou l’autre de ces 9 types. N’hésitez pas à approfondir le sujet, car les informations données ici constituent seulement un aperçu et ne rendent pas compte des dynamiques internes à l’énnéagramme (souvent représentées par des flèches entre les types).

La force de l’énnéagramme est d’expliquer l’inexplicable : ces réactions qui nous étonnent ou nous agacent parfois au point de ne pas reconnaître la personne. Il met en effet des mots sur nos attitudes en cas de stress ou de conflits, tout comme sur nos tendances des bons jours. Il peut donc être utile de vous interroger l’un l’autre pour mieux se reconnaître, alors n’hésitez pas à jouer en vous posant des questions afin de mieux vous démasquer !

Comment valoriser votre conjoint en fonction de son type ?

Voici quelques exemples de ce qui motive chaque type et pourrait sensiblement améliorer votre quotidien au sein de votre vie de couple :

Le type 1 : Donnez-lui des directives précises, sans pression.

Ne le laissez pas seul responsable. Rassurez-le en privé.

Le type 2 :  N’hésitez pas à faire les choses à deux ou plusieurs.

Faites-lui des compliments en public, partagez.

Le type 3 : Suggérez-lui des objectifs ambitieux, montrez que vous l’admirez pour sa combativité.

Laissez-lui de l’autonomie et aidez-le à créer un bon climat autour de lui.

Le type 4 : Offrez-lui un cadre pour innover et avoir des émotions.

Félicitez-le pour son originalité, reconnaissez sa sensibilité et tachez d’être délicat.

Le type 5 : Laissez-le avoir ses moments de solitude où il pourra enrichir ses connaissances sans être pressé.

Dans les discussions, évitez le registre de l’émotion.

Le type 6 : Offrez-lui un cadre rassurant en accord avec ses valeurs.

Aidez-le à gérer ses peurs, rassurez-le sans lui mentir, soyez fidèle à vos engagements

Le type 7 : Offrez-lui la liberté d’avancer sur de nouveaux projets, ne l’étouffez pas et gare à la routine.

Fixez-lui à l’avance des moments pour faire le point.

Le type 8 : Montrez que vous lui faites confiance pour gérer les choses sans en abuser.

Soyez direct avec lui et impartial, sans le contrôler, la manipulation est proscrite.

Le type 9 : Demandez-lui gentiment et calmement d’utiliser ses talents pour naviguer dans la complexité.

N’attendez pas qu’il s’affirme et décidez s’il le faut.

Pour connaître le type auquel vous appartenez, vous pouvez faire le test gratuitement. Il vous donnera une indication de votre type. Nous vous recommandons également ce site qui offre un panoramique complet de ce qu’est l’énnéagramme si vous souhaitez approfondir le sujet.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *