En ce moment, mon couple c'est plutôt :

Faut-il raconter sa vie sexuelle ?

Déborah Galopin
raconter sa vie sexuelle

On a tous dans notre entourage, un ou une amie qui ne peut s’empêcher de raconter ses frasques sexuelles. Potins croustillants qui pimentent les soirées entre copines ou entre collègues. « Si vous saviez ce que Vincent m’a fait hier… C’était juste… (petit mordillage de lèvres qui en dit déjà beaucoup trop) divin ! » Et même que ça vous est peut-être arrivé à vous aussi, mais pour autant est-ce vraiment une bonne idée de raconter sa vie sexuelle ?

Pour faire rire ? Vraiment ?

Pour certaines personnes, le cul est un sujet de conversation récurrent, mais rien d’étonnant quand on voit que le sexe est absolument partout, à croire qu’il n’existe plus aucune pudeur ! La publicité s’en sert pour vendre et entre copains on s’en sert pour faire rire ou bien pour se vanter. Et c’est vrai, ça fonctionne, on s’étonne, on s’esclaffe parfois, on ponctue le récit de « oh », puis de « ah » ou encore de « nooooon ? » Quelque part, on y participe. Joëlle qui  parle de fluide humain devient le centre de tous les regards pendant que vous mangez vos crevettes mayonnaises, un peu dégoûté, il faut bien se l’avouer.

Pour autant, parler de sexe ce n’est pas un truc qui plaît à tout le monde et ce n’est pas non plus une chose à raconter à tout le monde. Vous avez peut-être remarqué qu’en dehors de ceux qui ponctuent son histoire, d’autres se tiennent plus en retrait et attendent que l’animation passe. Peut-être que Joëlle les jugera de coincés du bulbe, mais peut-être aussi que leur comportement est fondé.

La sexualité est par principe intime, on le fait dans le fond de nos lits, loin du regard et des oreilles de nos voisins et de notre famille. Non pas que ce soit tabou, mais parce qu’il s’agit d’un partage entre deux personnes. En parler, c’est déjà se dévoiler sur cette intimité, c’est prendre des personnes à témoin. Vous placez ceux qui vous écoutent dans une posture de voyeurisme sauf qu’eux n’ont pas forcément envie d’avoir ce rôle que vous leur attribuez. Les détails croustillants que vous prenez plaisir à rajouter participent à entretenir l’imagination de vos auditeurs. Ce ne sera pas forcément le reflet de la réalité, mais ces images pourront facilement leur coller à la tête. Jalousie ou dégoût, c’est selon, mais ils ne laissent pas forcément indifférents. On n’a pas toujours envie de tout savoir, même sous couvert de « oh, mais c’est pour rigoler ».

Imaginez que Joëlle présente Vincent à ses amies après avoir raconté tout ce qu’il lui a fait, celles-ci associeront des images sexuelles au couple et particulièrement à Vincent. Même si c’est flatteur pour Vincent, il n’est pas certain qu’il apprécie vraiment d’apprendre que les amies de Joëlles le regardent avec des yeux brillants parce qu’elles pensent à leur intimité à tous les deux.

Aussi terrible que cela puisse paraître, on se fait tous une certaine idée des gens en fonction de ce qu’ils renvoient, de ce qu’ils font et de ce qu’ils nous dévoilent. Vincent vient de sauter de la case : « agent immobilier classe et courtois » à « bête de sexe ». Non pas que ce soit mal, mais juste que les amies de Joëlle n’ont pas forcément à le savoir.

Une façon de se rassurer :

Ressentir le besoin de raconter ses frasques sexuelles peut venir de plusieurs choses : soit parce que c’est un peu nouveau pour nous et qu’on a besoin de partager cette expérience géniale qu’on vient de vivre – sauf que vous oubliez que vous avez à faire à des adultes qui eux aussi ont leur propre vie sexuelle. Cela peut aussi venir d’un besoin de se rassurer, de se mettre en avant, une façon de montrer publiquement que de ce côté-là tout se passe bien. Sauf qu’il s’agit là du meilleur moyen de mettre en avant les capacités techniques avant les sentiments que vous portez à l’autre.

De plus, raconter vos ébats amoureux, c’est d’une certaine manière manquer de respect ou de considération à votre partenaire. Je doute qu’il ait couché avec vous pour que cela se retrouve dans les potins du lundi matin. À partir du moment où un sentiment est vrai, que vous faites l’amour avec sincérité, peu importe que vous ayez eu 4 orgasmes d’affilés, qu’il vous a plaqué contre la table de la cuisine ou que vous ayez découvert les joies d’une nouvelle pratique sexuelle. Vous ne ressentez pas le besoin de le raconter à la terre entière. Vous êtes heureux(se) et ce bonheur vous le partagez avec celui/celle que vous aimez.

La bonne façon de parler de sa vie sexuelle :

On ne vous dit pas d’en faire quelque chose de tabou non plus, mais de secret et d’intime. Alors s’il vous plaît : un peu de pudeur. Parfois, il arrive qu’on ressente le besoin d’en parler et sincèrement : pourquoi pas, mais sans pour autant faire une réunion « la vie sexuelle de Joëlle » avec vos 30 amis. Parlez-en à une personne de confiance. Vous pourrez lui confier vos doutes et vos interrogations si vous en avez et même vos joies si votre confident est réceptif ou vous sollicite. C’est une conversation qui ne sera pas malsaine, car vous l’aurez eu dans un lien de confiance et de confidence, pas dans le but de vous vanter ou d’amuser la galerie.

Si Joëlle est votre collègue ou votre amie, que tout le monde se régale de ses potins, mais pas vous, rien ne vous oblige à écouter. Vous pouvez simplement vous éclipser et vous soustraire à la conversation. Il serait délicat d’aller lui dire de façon abrupte que sa vie sexuelle n’intéresse personne, mais ne vous sentez pas coupable de ne pas y porter d’intérêt. Rappelez vous que la sexualité est quelque chose d’intime qui demande du respect, alors n’ayez pas honte de passer pour la coincée du bulbe. Vous seul(e) et votre conjoint savez si c’est le cas ou non et ce n’est pas plus mal, non ? 😉

 

Une réponse à “Faut-il raconter sa vie sexuelle ?”

  1. brechet dit :

    On sent bien l’article rédigé par une femme…Sauf que pour du sexe, il faut être deux et bien souvent, un homme une femme, et qu’une analyse des deux sexes serait plus abouti et véridique d’une analyse d’un seul coté…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *