En ce moment, mon couple c'est plutôt :

Quand la séduction nous conduit à l’infidélité

Claire Abadji
l'infidélité

Beaucoup de spécialistes nous disent que pour donner une nouvelle dynamique à notre couple, il suffit de nous relancer sur le marché de la séduction. Alors on se permet un petit flirt au boulot, une œillade dans un bar avec un bel inconnu pendant une sortie Mojito entre filles, bref vous avez cerné le débat ! Toutes ces émotions vous redonnent confiance en votre sex-appeal et quand vous rentrez chez vous, vous êtes forcément un peu excitée. La séduction ne risque-t-elle pas de nous amener vers un terrain glissant : celui de l’infidélité ? 

Mardi soir, c’est galipette party ?

Ça faisait longtemps qu’un homme ne vous avait pas regardé comme ça (en plus, il était super mignon celui-là !). Bien sûr, personne d’autre n’en profite à part votre mari, qui d’ailleurs ne comprend pas pourquoi vous lui sautez dessus violemment pour lui faire l’amour. De toute façon, c’est un homme et de ce fait il ne sera même pas mobilisé mentalement pour essayer de comprendre le pourquoi du comment, mais plus à profiter de cette opportunité qui, il faut bien l’admettre, n’arrive plus si souvent !

Alors, de ce point de vue là, on pourrait se dire : c’est génial ! Se remettre sur le marché de la séduction fonctionne puisqu’il permet effectivement de pimenter votre couple ! En apparence oui, un temps peut-être. Mais la réalité est bien plus complexe que cela, et sur bien des plans. Eh oui ! L’être humain est un labyrinthe d’imbroglios… Car, que se passe-t-il concrètement si nous devions découper scène par scène l’exemple donné plus haut ? Sans vous Spoiler, la chute n’est pas aussi chouette que prévue…

Petit retour dans le temps… :

Une femme se prépare, elle sort avec ses copines. On s’imagine bien que, sortant en société cette dernière ne s’est pas habillée en sac-poubelle, mais s’est pomponnée… Et que s’est-elle véritablement dit en se faisant belle ? « Je me fais belle pour mes copines » ? Nan, la femme se dit son fameux : « Sait-on jamais… ». Cette dernière phrase ne constitue pas du tout une preuve de préméditation de l’acte d’infidélité chez la femme, mais plutôt un désir de ne louper aucune opportunité, sans pour autant savoir de quoi il retourne. Son égo remonte en flèche si quelqu’un l’a séduit ou si elle sent qu’elle peut séduire.

La femme rejoint alors ses copines et se relâche. Elle évacue les problèmes du quotidien à la fois en se confiant à ses amies, mais également grâce à ce bon vieux Mojito qui, nous l’avons toutes expérimentées, est passé maître dans l’art de délier nos langues !

Trois mojitos et deux cacahuètes plus tard, chimiquement c’est la folie. Un peu euphorique, le comportement de la femme change. Elle se désinhibe. Comme on le sait, entre l’alcool et les comportements sexuels, les liaisons sont dangereuses ! Il a en effet été prouvé que les individus qui boivent ou même qui croient avoir bu de l’alcool montrent une augmentation de leur excitation objective et subjective. Par cet effet d’attente, l’alcool à petite dose peut être qualifié de facilitateur de la sexualité.

Cet aspect est d’autant plus marqué que les individus ont une sexualité culpabilisée, ce qui peut s’expliquer par l’effet psychotrope de l’alcool sur les angoisses” selon un médecin sexologue.

C’est à ce moment-là que Spartacus, accoudé au bar entre en scène. Beau, en costard cintré, la mâchoire carrée, le regard profond qui appelle à la débauche sinon ce n’est pas marrant ! Notre femme capte son regard et là, le processus d’infidélité est enclenché !

Quand penser à un autre homme incite à l’infidélité :

Les plus militants d’entre nous risquent de crier au scandale, pourtant oui, c’est bien vrai. L’infidélité commence maintenant. À cet instant précis commence la mentalisation.

Le désir appelle à la suggestion. En d’autres termes, j’imagine ce qu’il pourrait se passer si j’allais simplement lui parler. Je cherche à recroiser son regard. « De toute façon, je ne fais de mal à personne, mon mari ne me voit pas et je n’ai rien fait de répréhensible ! Mais il est tellement beau. Et s’il m’invite à boire un verre ? Et s’il veut qu’on se revoit ? »

Bienvenue chez notre pire ennemi en ce qui concerne l’infidélité, j’ai nommé : la projection. Elle pourrait même dès ce moment-là penser à l’excuse qu’elle devra sortir à son mari le soir en rentrant : « tu connais Caro, elle est bavarde comme une pie ! Elle m’a encore parlé de ses problèmes pendant une heure j’ai cru que je n’arriverais jamais à partir ! ». Ce n’est qu’un petit mensonge après tout.

Puis, la femme est quand même excitée. Peut-être par culpabilité et pour éviter le conflit, elle se jette dans les bras de son mari. Frustrée de ne pas être dans ceux de Spartacus et coupable de l’avoir désiré pendant quelques heures…

À ce moment-là, le danger est bien réel même si l’acte sexuel d’infidélité n’a toujours pas eu lieu.

Tout simplement, car la femme ne se focalise pas sur le moment présent qu’elle est en train de vivre avec son époux, ni même sur l’émotion qu’ils ressentent en étant ensemble. Elle n’est concentrée que sur elle et ses émotions, l’image fantasmée de Spartacus dans son lit, et n’est plus dans une démarche de partage. Ce qui engendre une relation sexuelle à faible niveau d’engagement sentimental, totalement frustrante comparé à sa propre projection d’ébats avec le bel inconnu qui lui pour le coup reste de l’ordre du fantasme.

Se remettre sur le marché de la séduction, vraiment l’idée du siècle ?

Alors oui, bien sûr ce genre de projection ou de pensée peut survenir chez n’importe qui. Il n’y a pas eu de passage à l’acte et ce sont des pensées qu’on ne contrôle pas toujours. Mais imaginez que cette femme continue d’entretenir son fantasme avec Spartacus, que va-t-il se passer ? Elle pourra ensuite rentrer chez notre 3ème faux ami : Monsieur Comparaison, et comme nous le savons tous, comparaison = poison ! Elle creusera un peu plus le sentiment que son mari, bien réel, n’est pas capable de répondre à ses manques et à ses frustrations contrairement à sa romance fantasmée. Qui pourrait lutter ? Quant à la fin, vous la devinez bien sûr : Elle ne ressentira plus de désir envers son mari et s’éloignera alors progressivement de lui.

Si cette situation paraît être la solution à l’instant T, sur la durée, elle est le meilleur moyen pour provoquer frustrations, silences, mensonges, conflits… La solution ? Ne pas entretenir ses projections et chercher à les enrayer.

Alors, pensez-y et la prochaine fois que vous sortirez pour boire un Mojito, surtout si vous voyez Spartacus au bar, fuyez !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *