En ce moment, mon couple c'est plutôt :

Pourquoi se marier ?

Albane Moucadel
se marier

Pendant longtemps on a dit « Puisque nous sommes mariés, aimons-nous ». Plus tard, au XVIIIe siècle, cela a évolué avec « Puisque nous nous aimons, marions-nous. » Et maintenant, on se dit : « Puisque nous nous aimons, pourquoi se marier ? »

Faut-il se marier quand on s’aime ou s’aimer suffit-il à fonder un couple ? Il semble qu’aujourd’hui on mise tout sur l’amour et peu sur l’institution… Peut-être vous posez-vous la question pour votre couple. Alors voici pourquoi le mariage peut concrètement vous aider à réussir l’amour !

Se marier, pour conclure une alliance indissoluble

Le mariage est une alliance indissoluble, basée sur une parole donnée. Un oui. Un petit mot de rien du tout qui semble presque anodin, mais pourtant lourd de sens. C’est lui qui nous engage pour la vie, à la fidélité, à la recherche du bonheur envers et contre tout. Quand tout va bien, la fidélité à cette parole est facile, en revanche quand le couple va moins bien, elle sert de point d’appui. Cette promesse est faite pour durer dans le temps, pour nous donner la force d’apprendre à aimer chaque jour un peu plus et un peu mieux.

Océane et Antoine, mariés depuis 5 ans sont d’accord pour dire que le mariage confère au couple une valeur encore plus grande. Antoine nous confie : « Dans une société individualiste, se marier, c’est montrer que l’on existe aussi dans le lien. Ma famille, ce n’est pas celle d’où je viens, plutôt claudicante avec un père absent, c’est celle que je vais créer maintenant. Ce n’est pas une manière de rentrer dans le rang, c’est juste une façon de dire oui au bonheur. »

Alors qu’Océane trouve très belle l’idée d’avoir été choisie, « d’être élue parmi des milliers, prouver que les êtres ne sont pas remplaçables, mais uniques. »

Le mariage, c’est un peu comme un saut dans le vide, car les deux époux donnent beaucoup d’eux-mêmes pour réussir leur union sans pour autant être certains de ce que l’avenir leur réserve. Vous êtes embarqués ensemble et même si cette alliance venait à se rompre, elle ne serait pas effacée pour autant étant donné qu’il s’agit d’un acte juridique. Par cette promesse vous êtes donc liés et engagés à tout faire pour l’honorer (votre femme certes, mais aussi votre promesse 😉 ).

Se marier, pour transformer une décision intime en engagement social

La promesse est plus que l’aveu ; elle appelle des témoins. D’abord ceux qu’on choisit, mais aussi toutes les personnes venues nous entourer pour célébrer ce jour. Sans cette dimension publique, le mariage n’existerait pas. Il unit les époux entre eux, mais il unit également le couple à la société. Le mariage est un acte éminemment social. Par votre mariage, vous accepter d’entrer dans les règles et les obligations que cela implique qui sont l’institutionnalisation des valeurs morales. « Les époux se doivent mutuellement fidélité, secours, assistance » (art. 212 du Code civil).

S’avouer ses sentiments dans l’intimité est évidemment une étape indispensable, mais c’est autre chose de s’engager devant ses proches… Cela donne à cet engagement une portée plus grande. Les témoins sont là pour approuver votre union, mais aussi pour vous accompagner dans cette aventure et vous rappeler l’engagement que vous avez pris.

Se marier pour protéger son couple

Se marier permet aussi d’offrir à son couple un cadre qui le protège, le cas échéant, contre ses propres errances. On sait tous que l’amour peut être fragile. Ce n’est pas douter de l’amour que de le reconnaître. C’est même davantage croire en lui que de le voir comme il est, c’est-à-dire vulnérable. L’institution, certes, n’est pas une garantie de solidité, mais elle va aider votre couple sur la forme. Par exemple les couples qui vivent en concubinage vont devoir régulièrement recourir au droit en matière de filiation, d’attestation de vie commune, d’acquisition de biens et de façon beaucoup plus compliquée, car moins encadré, en cas de séparation… La loi protège le mariage et les deux époux.

Se marier, pour fonder une famille

Dans le mariage, il y a un autre enjeu fondamental. Cela ne concerne pas seulement le couple. Vous l’aurez compris on parle ici de fonder une famille. Et là encore le mariage a un intérêt. Il offre en effet à la filiation une chance de cohérence et de solidité. C’est d’ailleurs notamment pour cela que les personnes homosexuelles ont voulu obtenir les droits du mariage. Au niveau de la paternité, les apports du mariage sont plus parlants. En effet en dehors du mariage, le lien paternel est plutôt fragile. Sa définition oscille entre deux critères : la reconnaissance volontaire et la « preuve biologique ». Or ils ne peuvent pas suffire à définir la paternité. On ne peut faire dépendre une réalité aussi vitale que l’institution d’un lien de filiation et du seul bon vouloir des adultes. On ne peut définir la paternité comme la conséquence d’un simple fait biologique, ce serait renier tout l’aspect éducationnel nécessaire au bon développement de l’enfant.

C’est différent dans l’alliance conjugale. Le mariage offre d’emblée un cadre à la parenté. Il dépasse la logique du contrat et implique de durer, ce qui offre un cadre propice à l’arrivée d’un enfant. Du point de vue éthique, il semble compliqué de s’engager dans la responsabilité parentale envers un enfant sans nous engager envers l’autre parent dans une relation durable. L’engagement parental ne peut pas tenir s’il n’y a pas d’engagement conjugal ! Si vous aviez peur que le mariage ne soit qu’une institution, rassurez-vous, le plus important reste votre amour car il s’agit du noyau de votre famille. Alors aimez-vous 😉

Océane explique la raison pour laquelle elle a mis autant de temps avant d’accepter la demande en mariage d’Antoine : « Si jusqu’ici je ne voulais pas me marier avec Antoine, c’est que je voulais être sûre que c’était lui, absolument lui. Je veux vivre toute ma vie avec le même homme. Le père de mes enfants, ce serait lui, voilà ce qui a été la vraie révélation. » Cela représente une étape décisive pour son mari, qu’il prend particulièrement à cœur : « L’énergie déployée à se faire peur quand on vivait ensemble, à imaginer que les valises étaient prêtes, et la porte grande ouverte, on l’a placée ailleurs. À mettre un point d’honneur, dès lors qu’on a décidé de faire un enfant, à mener l’aventure jusqu’au bout. On s’est même fiancés avant, ça nous a donné conscience de l’engagement énorme qu’on allait prendre.

Un moment heureux, pour un avenir heureux

S’il faut encore de bonnes raisons à se marier, on peut citer l’occasion de faire une énorme fête, celle de réunir tous ceux qu’on aime, celle de porter le nom de son homme si on en a le désir… Des raisons annexes, mais qui font partie tout de même de la grande joie du mariage !

Le mariage n’est certes plus à la mode et tout nous pousse aujourd’hui à ne plus y croire. Même si on ne connaît pas clairement les chiffres, on peut dire que 20 % des mariages se soldent aujourd’hui par un divorce au bout de cinq ans…

Pourtant deux enquêtes différentes (dans la revue de l’INED) indiquent que sur dix ans, les couples concubins sont six fois plus précaires que les couples mariés. Avec la venue d’un ou plusieurs enfants, ils le sont encore deux fois plus. Preuve qu’acter l’engagement donne aux couples la volonté encore plus grande de réussir leur relation.

Si l’amour aujourd’hui peut paraître éphémère, cela n’a rien à voir avec le mariage. Il semble même que ce soit les couples mariés qui tiennent le plus longtemps… Réfléchissons plutôt à nos attitudes face à cela, à notre volonté à aimer, à nous battre pour que notre amour dure et grandisse. Pour moi la question n’est pas de se dire, « à quoi ça sert vu que ça finit tout le temps en divorce », mais plutôt « comment faire pour que notre mariage tienne ? Sommes-nous prêts à nous engager ? Réellement ? Pour la vie et quoiqu’il advienne ? »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *