En ce moment, mon couple c'est plutôt :

Le canapé Réussir L’Amour invite Leslie Bedos

Sur le canapé de Réussir l’Amour, nous avons invité Leslie Bedos, journaliste, écrivaine et chroniqueuse chez France Info. La fille de Karen Blan­guer­non et Guy Bedos débute à France Inter dans les années 1980. Elle tient chronique dans de nombreuses émissions : Comme on fait sa nuit on se couche et Visas avec Claude Villers, le Pop Club avec José Artur, Au bénéfice du doute avec Pierre Bouteiller, mais aussi Y’a de la chanson dans l’air avec Jean-Louis Foulquier. Elle y produit Câlins Express.

Leslie Bedos est surtout reconnue pour ses talents littéraires. Outre les chroniques qu’elle tient dans l’hebdomadaire VSD et ses collaborations avec Marie-Claire et Femina, elle mène une carrière d’écrivain, entamée en 1993. C’est d’ailleurs par la littérature jeunesse qu’elle commence avec Ouh ! La menteuse, avand d’écrire plusieurs livres en collaboration avec Philippe Poirier.

Elle nous parle de sa vision de l’amour, de la rencontre incongrue avec son mari. Une personne inspirante qui nous donne envie d’aimer, de croire en la force de l’amour, mais plus encore en sa magie.

Elle nous explique également sa vision des couples quand elle était plus jeune, et la douleur que de voir deux personnes s’aimant se séparer pouvait occasionner chez elle.

Belle en travaillant. C’est le titre explicite du dernier documentaire de Leslie Bedos, à paraître sur France 5. “On a toujours été plus sévère envers les femmes qu’envers les hommes. On le sait, l’allure, le physique, ça compte au travail. A compétences égales, on va garder la plus mignonne, c’est évident.”

Pour ce film documentaire de 52 minutes, Leslie Bedos a “pioché dans les archives merveilleuses de l’INA, des années 50 à nos jours”. En ressort un panorama de l’évolution des conditions de travail des femmes, à travers le prisme de la beauté (et de l’importance qui y est accordée). “Même s’ils existent toujours, on peut voir combien les propos sexistes ont changé, et ce, dans le bon sens, bien sûr”.