En ce moment, mon couple c'est plutôt :

Nous avons changé, nous n’arrivons plus à nous retrouver

Grégoire Bréchignac
nous avons changé

Chéri aime sa petite vie posée. Rentrer le soir et se mater une série à la télévision, jouer à l’ordinateur, alors que vous, vous avez la bougeotte et avez envie de sortir, ne serait-ce que de temps en temps. Vous lui proposez un restau’, il râle, c’est chiant, c’est loin, pourquoi faire 20 minutes de bagnole quand vous pouvez rester tranquille à la maison ? Et vous finissez forcément les bras croisés dans le canapé devant sa fichue série policière avec des pan-pans alors qu’elle vous sort par les trous de nez… C’est comme si vous n’étiez d’accord sur rien, ni sur vos goûts, vos centres d’intérêts, votre mode de vie.

Mais où est-il passé, celui ou celle que vous aviez épousé, il y a des années ? Vous ne le reconnaissez plus, on dirait que c’est une autre personne dans le même corps. Vous le ressentez bien, ce n’est plus pareil qu’avant, comme si ce qui vous réunissait avant se réduisait comme une peau de chagrin. Est-il/elle en train de devenir trop différent ? Etes-vous en train de devenir colocataires et non plus conjoints ?

La fracture progressive entre les conjoints

Il fallait s’y attendre tout de même. La vie est longue, et chaque personne possède une personnalité propre, une intériorité. C’est d’ailleurs pour cela que vous l’avez choisi(e); pour ce qu’il a d’unique, de profond, de riche. Votre conjoint, dans son développement d’être humain, continue à évoluer, à se développer. Et vous aussi ! C’est normal. Ces évolutions, ce sont les manifestations de sa vie spirituelle et intellectuelle intérieure. Si votre mari aime sa petite télé le soir, c’est surement parce qu’il apprécie et a besoin d’une certaine sécurité et stabilité, alors que vous vous bouillez intérieurement et aspirer à d’autres choses.

Très bien, très bien répondrez-vous, mais si ces évolutions empêchent de se retrouver ? Si elles nous rendent étrangers, incompatibles l’un avec l’autre ? Il faut essayer de voir ça comme un challenge, quelque chose de normal dans l’histoire de votre couple, qu’il faut aborder avec la perspective de l’approfondissement de votre relation, et non de l’adversité. De nos jours, un couple peut durer 60 ans, et même plus ! Il est normal que la relation évolue ; c’est même souhaitable, en fait. Le soucis ça va être de le faire dans le bon sens, de faire en sorte que ces différences soient fructueuses pour vous.

Généralement, quand on n’arrive plus à se retrouver ce n’est pas par rapport aux valeurs profondes, car c’est souvent ce qui sert de pilier au couple, mais ce sera des petites choses, des modes de fonctionnement différents et c’est bien là que le bas blesse. On accepte les petits travers de son conjoint du début et puis… Progressivement, on se rend compte qu’ils creusent entre nous un écart. Pourtant se réaffirmer ses valeurs peut parfois être utiles : okay, vous en avez ras le bol de le voir affalé dans le canapé, les pieds sur la table base, mais au delà de ça, vous avez la même conception de l’éducation des enfants, vous avez tous les deux des opinions politiques même si vous n’êtes pas d’accord sur tout et surtout vous aimez l’art et la culture ! Voilà la première chose à faire; recentrez-vous sur les piliers, les fondements et servez-vous en pour vous rejoindre.

Des idées pour se retrouver

Concrètement, comment fait-on ? Il n’y a pas de secret ; le dialogue. L’autre doit comprendre que vous percevez ses évolutions, ses changements. Qu’il vous sente attentif(ve) à lui, concerné(e) par ce qu’il est et devient avec les années. Montrez-lui également que vous avez changé, que vous avez d’autres besoins et aimeriez partager de nouvelles choses avec lui. Le fait d’en parler pourra déjà vous permettra de faire le point et de vous rassurer l’un l’autre. Il est probable que Chéri ait également ressenti vos propres changements, ce qui l’a inquiété et poussé à rentrer dans ses retranchements. Plus il sentait que vous aviez besoin de nouveauté, alors que lui avait besoin de stabilité, plus il s’est enfoncé dans son canapé. Cela vous ferait presque regretter l’époque où il avait toujours envie de faire la fête…

Pour avancer, il faut pouvoir s’arranger. Tout ne peut pas aller continuellement dans le même sens et c’est cela que vous voulez essayer de changer. Si votre mari se conforte dans ses propres habitudes sans se soucier de vos envies à vous, il va falloir rééquilibrer la balance. L’erreur typique qui peut survenir, c’est le désir de changer l’autre. S’il est du genre casanier, le forcer à sortir ne lui donnera pas davantage envie de le faire. En plus, vous risquez de le plonger dans une situation infantilisante. En revanche, il est possible de trouver un point d’entente entre ce qu’il aime et ce que vous vous aimez.

Une soirée c’est lui qui choisit, une autre c’est vous. Le mieux c’est le faire en conjuguant vos goûts communs. Un soir, faites lui savoir que vous seriez ravie de rester à la maison pour une soirée TV (en dehors du jeudi soir qui est réservé à NCIS, bien évidemment, sans quoi il serait capable de vous faire une crise…), mais c’est vous qui choisissez le programme ! Série, film, peu importe du moment que ce qui passe vous plaît et vous détend. Prenez les plaids, le thé, les bougies. Ambiance cocooning de rigueur ! Il n’en voit pas l’intérêt ? Peu importe, là il s’agit de vous créer une bulle de confort dans son univers à lui.

Un autre soir, proposez lui d’aller au cinéma. Montrez-lui le programme de la semaine et proposez lui d’aller voir le film qui lui plaira. Même si celui-ci ne vous tente pas plus que ça, abstenez vous de commentaires et acceptez à votre tour de vous laisser surprendre.

Sur la base des compromis, il est ainsi plus facile de se retrouver et de prendre plaisir à ses soirées TV qui autre fois vous barbait et lui à sortir. L’objectif est d’essayer de vous faire découvrir l’univers de l’un et l’autre qui auparavant vous paraissait opaque.

En revanche, s’il y a des choses qui vous déplaisent vraiment, vous avez le droit d’imposer vos limites et ne pas être obligé de “subir”. Il est inutile de faire des compromis dans l’unique but de faire plaisir à l’autre, si cela réveille en vous des émotions négatives (films d’horreurs si vous êtes du genre à faire des cauchemars la nuit, aller dans la foule si vous êtes agoraphobe…) En revanche, ne privez pas l’autre de ce qui lui plaît de faire.

Vivre en couple, ne veut pas dire pour autant tout partager, ni aimer ou faire les mêmes choses mais parvenir à un certain moment à se retrouver, faire certains compromis et demeurer ouverts à l’univers de l’autre qui va faire grandir le nôtre. Pour évoluer conjointement, allez ensemble de l’avant ! Si vous ne vous retrouvez plus sur ce qui vous unissait auparavant, vous pouvez créer de nouveaux terrains communs. Sport, activité culturelle, créativité, humanitaire… Construisez-vous à travers de nouvelles choses qui vous intéressent ensemble, que vos lieux d’évolution personnelle deviennent de nouveaux points de convergence ! Vous vous surprendrez sûrement à admirer une richesse que vous ne soupçonniez pas chez votre conjoint, des talents que lui-même ne se connaissait pas.

Le couple n’annule pas l’individu, mais le sublime au contraire, lui permettant de trouver dans l’autre celui ou celle qui sera capable de nous re choisir chaque jour et d’aimer ce que nous sommes appelés à devenir au fil de notre développement. L’évolution des conjoints ne doit pas être un obstacle, mais l’occasion d’approfondir la relation en la recréant perpétuellement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *