En ce moment, mon couple c'est plutôt :

Interview : Anne-Sixtine Pérardel nous parle de l’importance de s’aimer soi

Déborah Galopin
anne-sixtine Pérardel

Anne-Sixtine Pérardel conseillère en vie affective et sexuelle a sorti son premier livre Révolutionner sa Vie Affective. Nous l’avons rencontrée à cette occasion pour qu’elle puisse vous en dévoiler un peu plus sur son parcours ainsi que sa démarche. 

Tu es diplômée en philosophie et tu t’es spécialisée dans l’éducation à la vie. D’où ce désir t’est-il venu ?

Anne-Sixtine : J’ai toujours été passionnée par le fait de comprendre la personne humaine, le monde, nos relations, le sens de la vie… J’ai eu la chance d’avoir des amis avec qui j’ai pu parler et débattre sur ces sujets assez jeune. En Terminale, j’ai découvert Thérèse Hargot ainsi que son métier. Sa manière de présenter la sexualité m’a interpellée, mais je ne pensais pas du tout suivre la même voie qu’elle au départ. C’est en 3ème année de licence que j’ai su qu’il fallait que je me lance en tant que conseillère en vie affective et sexuelle,  comme une évidence !

Ton blog s’appelle « Liberté Pour Aimer », qu’est-ce que cela signifie exactement ?

Anne-Sixtine : « Liberté Pour Aimer », c’est une orientation, une philosophie de vie : liberté pour s’aimer soi-même d’abord, et pour aimer les autres ensuite… Sans amour, nous sommes isolés et malheureux. Nous avons tous besoin et soif de vivre de belles relations ! Pour moi, être libre, c’est avoir la possibilité de faire un choix et faire toujours le choix de ce qui est le meilleur (pour soi et pour les autres). La vraie liberté me permet en quelque sorte d’atteindre le vrai bonheur, et d’avoir des relations durables et épanouies.

Aujourd’hui, beaucoup pensent que la liberté est une liberté de tout faire. Je ne suis pas d’accord. Tu as la liberté de prendre soin (ou pas) de ta relation amoureuse par exemple. Si tu vis sans réfléchir profondément à ce que tu veux pour cette relation, tu ne vas pas chercher spécialement et de tout ton cœur à l’entretenir. Elle aura donc plus de chances de s’effriter qu’autre chose !

Être libre, c’est être conscient de ce que je veux pour ma vie, et agir afin d’y arriver. 🙂

Tu as écrit un livre intitulé Révolutionner sa Vie Affective, qu’est-ce qui le différencie des autres livres sur le sujet ?

Anne-Sixtine : Mon livre se veut être une synthèse des questions importantes à se poser pour construire sa personnalité. Je voulais qu’il soit un guide simple, concret et ludique (on écrit dedans !) pour aider à répondre aux questions essentielles de l’Homme : « qui suis-je ? », « où vais-je ? », « qu’est-ce qui est important pour ma vie ? » et « comment je réussis à le vivre ? ». Il est vraiment influencé par mes études de philosophie et par cet adage « Liberté pour Aimer ». J’y donne en fait les perles que j’ai découvertes et qui permettent de vivre ses relations dans la joie, la paix… et la durée !

Révolutionner sa vie affective, ça tient à quoi ?

Anne-Sixtine : Le socle de ce que je propose, se trouve dans le « Connais-toi toi-même » de Socrate. Loin d’être démodé, ce principe fonde solidement chaque personnalité qui fait l’effort de s’interroger sur elle-même. Plus je me connais, plus je me donne les moyens de vivre une vie à la hauteur de mes espérances, de mes désirs, de mes aspirations profondes. En 10 exercices, je propose de travailler cette connaissance de soi, pour découvrir que nous sommes des trésors ! Savoir que je suis une belle personne n’est pas si évident, mais une fois que c’est une conviction intérieure, alors on acquiert une véritable confiance en soi, prête à relever tous les défis.

Suffit-il vraiment de changer le regard qu’on a sur soi pour réussir sa relation avec quelqu’un ?

Anne-Sixtine : En fait, c’est la première étape ! Cela ne fait pas tout bien sûr, mais si je me vois comme une personne belle et digne d’être aimée, alors je m’ouvre (pas forcément consciemment) à l’amour d’un/des autre(s). En effet, si l’un porte un regard bienveillant sur moi, je le comprendrai : je saurai un peu pourquoi il m’aime. Je serai libre de cette question intérieure lancinante que beaucoup ont : « pourquoi moi ? »

Si je réussis à me connaître, à m’aimer et à prendre soin de moi (ou en tout cas à être dans cette dynamique d’essayer), alors je vais avoir la possibilité de choisir quelqu’un comme conjoint qui va être un « bonus extraordinaire » dans ma vie. Il ne sera pas une « béquille » pour pallier à mes blessures et mes manques. Un bien pour moi oui, mais surtout une personne à aimer ! C’est essentiel pour que la relation soit heureuse et durable.

Quel est le plus grand écueil qu’un couple peut rencontrer ?

Anne-Sixtine : C’est une question difficile, parce que chaque couple vit dans son histoire des difficultés, des doutes, des colères… Ce qui est tout à fait normal, nous sommes des êtres imparfaits ! Je pense qu’un écueil qui mène à de nombreuses disputes voire séparations, c’est celui de croire qu’on connaît tout de l’autre. C’est une manière de percevoir son conjoint comme étant acquis. Or ce n’est jamais le cas ! Pour qu’un couple demeure dans une dynamique d’amour et de don réciproque, chacun des conjoints doit garder en tête que l’autre est une merveille qui lui est confiée, et dont il a à prendre soin. Pas toujours simple (j’écarte le cas du conjoint pervers, là il y a un problème de fond à résoudre), mais je vous assure que beaucoup de couples revivraient s’ils essayaient cette manière de penser. 🙂

Tu as repris dans ton livre une citation de Arthur Rimbaud : « le monde a soif d’amour ». Qu’est-ce qui a changé dans notre société ? Penses-tu aujourd’hui que nous ne savons plus aimer ?

Anne-Sixtine : Nous sommes dans une société qui nous propose tellement de choses que nous sommes tous un peu mis en difficulté pour faire des choix qui nous rendent vraiment heureux. Tout est éphémère, nous vivons l’instant, et en même temps tout va très vite ! Je crois que nous ne savons plus tellement nous arrêter et prendre du temps pour soi, pour se construire, pour prendre la mesure de ce que nous sommes. Je suis loin de penser que « c’était mieux avant », je pense néanmoins que certains choix de vie (professionnels, amoureux…) étaient plus simples à poser. Avec ⅓ des mariages en France qui finissent en divorces, le défi est ici à mon avis ! Et c’est pour cela aussi que je m’engage sur ce terrain-là.

Tu fais des interventions dans des collèges et lycées. Qu’est-ce que t’apprend cette expérience ?

Anne-Sixtine : Tout d’abord, mon livre est directement le fruit de mes interventions scolaires (et des accompagnements individuels) que j’ai pu faire. Je n’aurais jamais imaginé écrire un livre avec des pages pour écrire dedans si je n’avais pas vu ce manque de connaissance de soi général !

D’un point de vue personnel, je pense que par ces rencontres, j’apprends à être plus aimante, plus bienveillante et à l’écoute. Chaque histoire est unique, j’accueille toutes sortes de questionnements, de difficultés, de joies et/ou de souffrances… Pour moi, c’est essentiel d’avoir cette expérience : elle me permet de ne pas rester sur mes « acquis », ou de tomber dans un discours théorique (risque quand on parle de sujets existentiels).

Chaque conférence est un challenge, j’apprends donc aussi à me dépasser ! La joie de parler ou d’accompagner sur des sujets qui me passionnent n’enlève pas les difficultés et le stress.

De quoi souffrent le plus les jeunes ? Et quel conseil pourrais-tu leur donner ?

Anne-Sixtine : Je pense qu’ils souffrent surtout du manque d’écoute. Il y a une vraie solitude dans de nombreux cas, et un tel manque de repères pour faire des choix de vie qui les rendent profondément heureux. Ils auraient besoin parfois de discuter pendant une heure avec une personne de confiance… Je m’aperçois que c’est vraiment cette attention sans jugement dont ils ont besoin. Un regard qui les prend tels qu’ils sont, et qui les aide à cheminer librement. Qui les rassure aussi. Mon conseil ? Ce serait une parole à inscrire au fond de leur cœur :

« Tu es une merveille, un trésor, tu mérites le meilleur pour ta vie. Peu importe ton histoire, tes actes, tes erreurs. Il est toujours temps d’être heureux. »

Si tu devais écrire un second livre, de quel sujet traiterait-il ?

Anne-Sixtine : Bonne question ! Pour l’instant, je ne suis pas décidée ! Il y en aura d’autres, c’est certain, mais j’attends de bien cerner le besoin pour lequel je pourrais apporter des réponses. Je n’ai pas envie d’écrire seulement pour me faire plaisir sur un sujet, mais pour essayer au maximum d’aider mes lecteurs à vivre pleinement et joyeusement leur vie quotidienne. Je me laisse un peu de temps donc pour trouver LE prochain sujet.

Découvrez la chronique de son livre Révolutionner sa Vie Affective la semaine prochaine sur notre site. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *