En ce moment, mon couple c'est plutôt :

Les fantasmes sont-ils un danger ou une opportunité pour le couple ?

Claire Abadji
fantasmes

Tout allait très bien, vous veniez tout juste de passer le pas de la porte et de lancer un habituel : « ça va mon coeur, tu as passé une bonne journée ? » quand tout d’un coup la conversation tourne au surnaturel…

« Chéri, tu voudrais pas te teindre en blonde ? Ça changerait… ». Plutôt étonnée, vous voulez en savoir plus sur les motivations de votre époux et au fur et à mesure de la conversation, il lâche le morceau. Son fantasme secret depuis des années, serait de faire l’amour à une secrétaire blonde. Vous vous sentez presque trahie… vous qui êtes petite, brune et rondelette. Je le savais, il ne m’aime plus ! Mais que dois-je faire ? Me teindre en blonde ? Et si je ne le fais pas, va-t’il me tromper avec sa collègue Sandra de la compta, la blonde bien gaulée au rire de crécelle qui vous énerve à chaque soirée du nouvel an de la boîte de votre mari ? Cette idée vous est insupportable, vous vous renfrognez et décidez de ne plus ouvrir la bouche. Fin de la conversation.

Faut-il réaliser nos fantasmes ou pas ?

Pourtant, réagir de la sorte n’est pas la meilleure solution car le fantasme reste un fantasme et il ne vous met en danger que lorsque vous l’amenez à créer un éloignement entre vous et votre partenaire.

Homme et femme, tout le monde en a. C’est une pensée érotique, une sorte d’aphrodisiaque naturel, dont le principe est de susciter l’excitation par l’imaginaire. Il en existe de toutes sortes. Avant de culpabiliser de quoi que ce soit, il faut savoir que nous ne l’avons pas forcément choisi. Nous y pensons et ça nous rend toute chose… Brrr

Plusieurs sexologues s’accordent à penser que notre imaginaire érotique se construit dès l’enfance. Tous les interdits liés au respect de notre intimité, on les transfère dans notre imaginaire. Or, dès lors qu’on nous pose un interdit, forcément  naît en nous un irrépressible désir de transgression. Inutile de vous rappeler la célèbre histoire de la boîte de Pandore !

Etre en couple, c’est être deux. Et bien que l’idée nous paraît assez simple, nous sommes tous différents. Nous avons une histoire, une culture, des rites familiaux, des angoisses, des désirs différents. Alors pourquoi nous étonnons-nous d’avoir des fantasmes différents ? Pas de panique ! Ça vous permettra sûrement de découvrir d’autres plaisirs, et de développer à deux des désirs communs. Encore faut-il prendre nos différences avec légèreté et plus comme une opportunité que comme une menace.

Si votre cher et tendre a le fantasme de la secrétaire blonde ne vous frustrez pas, amusez-vous et faites-lui une surprise en allant acheter une perruque, quand il rentrera du boulot. Vous l’attendrez dans une petite robe crayon et lui demanderez où est passé le dossier B92 ! Pourquoi prendre les choses de manière personnelle en remettant tout votre couple en question ?

Il ne veut pas vous changer puisque c’est à vous qu’il exprime (on vous l’accorde avec beaucoup de maladresse) son fantasme. C’est qu’il vous fait confiance, qu’il vous aime et souhaite partager cette part très intime de lui-même avec vous. Parfois, il faut aller au-delà de nos peurs pour rejoindre l’autre dans son intimité, dans son plaisir : « Cette idée-là m’a rongé plusieurs jours, pour enfin accepter. Cet homme je l’aime depuis toujours… » (Témoignage sur un forum) Et quand on y va sincèrement on peut même être étonné(e) d’y prendre soi-même du plaisir.

Dédramatisez ! Parler de ses fantasmes n’est pas un risque mais une réelle opportunité :

Si vous voulez devenir un couple épanoui, il faut savoir mettre de côté vos peurs personnelles afin d’écouter activement votre partenaire. De le rejoindre dans ses désirs, de lui montrer qu’il a eu raison de vous faire confiance et de vous ouvrir son jardin secret. En le faisant, il vous laisse une réelle opportunité de vous rapprocher, de créer plus de complicité au sein de votre couple.

Faire la sourde oreille reviendrait à lui fermer la porte au nez voire à ce qu’il ressente de l’humiliation et qu’il n’ose plus s’exprimer par honte. N’oublions pas que nous possédons nous-mêmes certains fantasmes. Ne serait-ce pas le moment idéal pour vous ouvrir à votre tour ? Car, fondamentalement, le risque d’être trompé(e) en raison de fantasmes antagonistes n’arrive-t’il pas lorsque l’un des partenaires du couple a le sentiment de ne pas avoir été écouté, pris au sérieux, voire même jugé ?

Attentions, le fantasme ne doit pas être la porte ouverte à tout et n’importe quoi :

Les fantasmes ne doivent pas être réalisés s’ils ne sont pas en accord avec nous même, si cela réveille en nous une forme de dégoût. Il faut différencier la crainte de faire quelque chose de nouveau mais qui suscite quand même notre curiosité et ce qui nous rebute. Même par jeu, on ne doit pas outrepasser certaines limites – les nôtres – sinon le fantasme tant à chosifier celui avec qui on fait l’amour. Partager un fantasme est extrêmement intime et peut se révéler merveilleux, s’il est fait dans le respect de l’autre et qu’il est désiré par les deux partenaires. Dans le cas contraire, vous pourriez vous sentir souillé(e) et avoir l’impression que l’entente sexuelle que vous aviez avant s’est cassée. C’est pourquoi la concrétisation d’un fantasme n’est pas toujours anodin s’il ne correspond pas à vos envies.

Si nos fantasmes nous obsèdent au point de vouloir les réaliser à tout prix et de mettre en péril notre couple, il peut être est préférable d’aller consulter un spécialiste. D’autant que parmi ces fantasmes certains peuvent être répréhensibles par la loi (viol, pédophilie, violence..). Ce n’est pas parce qu’on a un fantasme qu’on doit forcément le réaliser. Ils existent pour stimuler notre imaginaire mais ne doivent pas être imposé dans la réalité à qui que ce soit, même à son partenaire. En revanche, il est tout à fait possible de se servir de ses fantasmes pour les transposer dans un cadre créatif, comme en les écrivant à travers des poèmes, des textes, un livre… Cela permettra de les exprimer, d’avoir le sentiment de les satisfaire sans pour autant passer à l’acte.

Comment parler de ses fantasmes :

Maintenant qu’on s’est mis d’accord sur la limite à ne pas franchir, comment je fais pour parler de mes fantasmes moi, la timide de service ? Encore une fois, n’hésitez pas à créer vos propres outils : ceux qui vous conviennent et qui vont convenir à votre aimé car vous êtes la personne qui le connaît le mieux !

Si vous avez du mal à le dire, pourquoi ne pas créer une Fantasme-Box ? Une pour lui, une pour vous. Vous écrivez vos fantasmes et les placez dans sa box et il fera de même. Un soir par semaine vous vous échangez les boîtes à tour de rôle et là c’est parti pour une nuit de folie !

Pour vous accordez sur vos fantasmes, même s’ils sont différents, le secret c’est de rester ouvert à l’autre sans pour autant se forcer à quoi ce soit. Ils doivent servir à pimenter votre vie et c’est tout. Si c’est trop hard pour vous ? Pas grave, passer à un autre (fantasme, pas mec). Sur ce, on vous laisse on a des Fantasme Box à préparer à la rédac’ !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *