En ce moment, mon couple c'est plutôt :

Comment survivre aux travaux de votre future demeure ?

Bérengère de Charentenay (Cabinet Raphaël)
Travaux

Où allons-nous vivre ?

C’est l’une des premières interrogations du couple qui reviendra à l’arrivée d’un enfant ou lors d’un changement professionnel… Cette question n’est pas banale, mais si nous ne prenons pas le temps de nous la poser, la suite peut-être bancale. Quand on achète une maison (ou un appartement), on peut être amené à faire des travaux pour transformer une vieille masure en château resplendissant digne de nos rêves les plus fous.

Cependant, ce projet de rénovation peut venir souder un couple tout comme virer au cauchemar. Alors comment survivre aux travaux de votre maison sans que votre couple ne se casse la figure ?

Les travaux ne sont pas de tout repos :

La construction ou la rénovation d’une maison est reconnue comme étant la seconde source de stress pour un couple après la venue d’un enfant. Ce stress peut être provoqué par les imprévus, le bruit, les aléas financiers, notre profond désir que tout soit absolument parfait et un sentiment d’impuissance quand les délais ne sont pas respectés.

Les travaux viennent questionner notre rapport aux enfants, au temps, à l’argent, aux loisirs… Si en temps normal ces sujets peuvent être source de discorde, ils le sont d’autant plus lors d’une rénovation.

Notre rapport aux enfants :

Elise me disait : « je n’en peux plus, je m’occupe des enfants la semaine, et le week-end de nouveau, je suis seule avec eux, car mon mari s’occupe des travaux. Je ne peux rien dire, car ces travaux sont pour le bien-être de notre famille, et puis s’il ne les faisait pas, nous n’aurions pas les moyens de les faire faire. Je me sens prise au piège et chaque fois que quelqu’un le félicite pour ces travaux, je ne trouve pas ça juste. Le temps que je passe auprès des enfants n’est pas reconnu ».

Pierre quant à lui se sentait mauvais père, car il fallait absolument qu’il finisse ses travaux. Sacrifier le temps avec ses enfants au profit des travaux était pour lui une déchirure.

Notre rapport au temps :

Souvent le chantier de deux mois va se transformer en chantier de 6 mois. L’un préférera que cela aille vite et céderait volontiers sur les détails, alors que l’autre perfectionniste, préférera refaire ce qui ne va pas, quitte à prolonger le temps des travaux. L’un préférera en faire de temps en temps et garder une vie familiale et sociale, l’autre préférera y passer 22H par jour et finir rapidement. Il n’y a pas de bonne solution, chaque couple doit trouver ce qui est bon pour lui, mais pour cela il est nécessaire de se poser la question et de ne pas subir le rythme imposé par les travaux.

Aujourd’hui, à cet instant T, préférez-vous, par exemple, finir une première tranche de travaux ou vous occuper de votre enfant dont les résultats scolaires ont chuté ? Vous poser régulièrement la question vous assure une certaine sérénité. De quoi avez-vous besoin pour que vous arriviez à supporter la pression des travaux ? Quel temps de loisirs, de repos vous est nécessaire pour vivre de manière harmonieuse ? Vous pouvez par exemple, vous accordez un week-end par mois rien que pour vous.

Notre rapport à l’argent :

Angeline me disait en entretien « je me sens en insécurité, car à chaque devis, la facture est finalement plus élevée, je ne sais pas comment nous arriverons à finir les travaux ». Quant à Hervé, il n’ose plus parler à sa femme de son souhait de choisir les portes de qualité supérieure, car à chaque fois, il doit se justifier sans obtenir gain de cause, elle ne l’écoute pas, donc il préfère la mettre devant le fait accompli.

Chacun a un rapport à l’argent différent, d’où l’importance d’exprimer ce que vous accepteriez d’investir financièrement et ce qui pour vous est insupportable. Le couple doit décider ensemble de leur priorité et de ce que chacun accepte de « lâcher » pour satisfaire l’autre. Cela implique donc de savoir se taire pour écouter son partenaire.

Nos valeurs :

Cela vient aussi nous interroger sur ce que nous avons reçu comme valeurs de nos familles respectives, l’importance d’investir pour certains, d’avoir l’espace nécessaire pour accueillir, de vivre près des commodités ou au contraire à la campagne pour d’autres.

Quelle image du « chez soi » nous a été transmise par nos familles ? Sommes-nous capables de nous en éloigner et de choisir ce qui est important pour nous ?

Un projet commun :

Soyons clairvoyant sur ce que vous êtes capables de supporter : budget serré, moins de temps de détente, bruit, poussière… Relevez vos différences et acceptez de négocier pour que le projet soit un projet commun avec votre conjoint.

Pour cela, appuyez-vous sur vos talents respectifs et départagez-vous les tâches : celui qui connaît la technique, celui qui a du goût pour la décoration, celui qui sait établir un budget, celui qui sait négocier un devis.

Se répartir ainsi les tâches en fonction des qualités de chacun demande de vous faire confiance. Cela ne signifie pas pour autant que l’autre ne sera pas consulté pour l’étude d’un devis, le choix de décoration, mais seulement qu’il portera cet aspect du projet en concertation avec l’autre. Si chacun est vigilant à rester dans l’écoute, le couple aura la matière principale pour que le ciment prenne.

Un grand nombre de couples qui viennent en consultation dans notre cabinet sont en conflit par rapport à un projet de travaux qui n’a pas abouti, des travaux qu’un seul s’est approprié, des travaux où l’un a reçu beaucoup de critiques, des travaux où l’un s’est senti totalement en insécurité, des travaux où le couple s’est usé, ou le couple a perdu ses moments d’intimité.

Pour éviter que cela vous arrive également, il est important que les travaux ne prennent pas toute la place dans votre vie. C’est l’âme de votre famille qui fera le nid d’amour et non ses murs. Vous pouvez par exemple vous accorder des moments doux en couple et avec vos enfants durant lesquels vous pourrez vous ressourcer : ils vous seront utiles pour surmonter les difficultés. Soyez partenaires et non adversaires.

Prendre le temps de poser vos attentes :

Prenez le temps de préparer votre projet de travaux, arrêtez-vous et avant de parler de la couleur de la crédence, ou de la matière dont vous voulez tapisser les murs, échangez. Faites le point ensemble pour vous mettre d’accord sur ce qui vous semble important pour l’épanouissement de votre famille, ce que vous vous sentez en capacité de supporter. Voici une petite liste de questions sur laquelle vous pouvez réfléchir ensemble :

Est-ce que l’équilibre famille, travail repos et travaux vous convient ?

Est-ce que vous vous sentez en sécurité ou au contraire l’aspect financier, l’aspect temps vous insécurise ? À quoi cela vous renvoie ?

Qu’est-ce que cela vient toucher dans votre histoire, de vos blessures, de vos peurs ?

De quoi avez-vous besoin pour finir sereinement ces travaux ?

Sur quel point acceptez-vous de revoir vos ambitions pour permettre à votre famille de retrouver son harmonie ?

Et dans un second temps : rêvez. Pensez ce projet à deux et donnez-vous les moyens de le mettre en œuvre sereinement. Prenez le temps de partager des moments à deux, des moments qui vous rappellent pourquoi vous aimez votre conjoint, ce qui vous plaît en lui. Et rappelez-vous votre objectif, la raison pour laquelle vous vous êtes lancés dans des travaux.

Si vos travaux sont finis, je voudrais vous dire bravo, une belle étape de franchie, maintenant profitez !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *